Oksana Parafeniuk | Ukraine, la vie d’avant

Il est difficile de mettre des mots sur ce que je ressens en regardant mes photographies des six dernières années en Ukraine. Chaque personne, chaque endroit sur ces photos a été touché d’une manière ou d’une autre. La guerre brutale à grande échelle que la Russie a lancée sur l’Ukraine le 24 février 2022 a tout bouleversé. Les lieux ont changé à jamais. Je vois les terrils houillers à Toretsk, une usine de coke à Avdiivka – lieux de combats très violents –, les rues de Kyiv et le mémorial de Maïdan, le sanatorium près d’Odessa : tous ces endroits vivent l’enfer et la terreur. Toute l’Ukraine, en lutte pour sa liberté, est en proie à une douleur et un chagrin immenses. Maintenant, plus que jamais, je comprends l’importance de documenter sur mon pays, de préserver la mémoire des villes ukrainiennes et des Ukrainiens chaque jour qui passe.

BIO | Oksana Parafeniuk est une photographe indépendante basée à Kyiv, en Ukraine. Elle explore, par la photographie documentaire et des approches visuelles créatives, les manifestations de la résilience et de la dignité humaines chez les personnes confrontées à des difficultés. Outre ses projets personnels, elle a collaboré avec de nombreuses organisations – MSF, UNHCR, Unicef… – et de nombreux médias, et publié ses travaux dans le « Washington Post », le « New York Times », le « Time », « le Monde », « Der Spiegel », le « Wall Street Journal », « Newsweek », notamment. Oksana a reçu une bourse pour participer au programme de films documentaires de la Femis à Paris en 2021, et a suivi le programme de mentorat 2017-2018 de Women Photograph.

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la mairie de Houlgate, en soutien aux Ukrainiens.

Oksana Parafeniuk

TÉMOIGNAGE
” Il est important de comprendre à quel point il est difficile pour les photographes ukrainiens de travailler sur place en ce moment. Au cœur de la guerre, ils doivent parfois quitter leur maison en emportant le strict minimum, alors que des amis et des parents restent dans les villes bombardées. Nous travaillons dans des conditions extrêmement dangereuses. “

Oksana Parafeniuk

En partenariat avec le Festival Photo Days Odesa dans le cadre du programme de soutien piloté par le Réseau Diagonal avec le support du ministère de la Culture et de l’Institut français.