Joana Toro | Colombia on my mind 2019-03-21T17:15:52+02:00

Joana Toro | Colombia on my mind (La Colombie en tête)

Je suis née dans un pays en guerre civile, tout comme ma mère et ma grand-mère. Cette série photo est un journal de bord personnel qui donne à voir la façon dont les Colombiens vivent et élèvent leur famille, mènent leur vie dans cette situation sans fin de corruption, d’impunité, de processus de paix et de guerre en arrière-plan. L’interprétation de ces images dépend de la subjectivité du spectateur. En tant que Colombienne, la vie pour moi y est comme une sorte d’attente au milieu de frontières invisibles qui divisent notre pays. Dans l’espoir d’une paix durable.

BIO | Joana Toro est une photographe colombienne autodidacte basée à la fois à Bogota et New York. Son travail documentaire photographique explore les questions de l’immigration, des droits humains et de l’identité. Son but est de relayer des voix non représentées afin de générer des discussions publiques. Elle considère son appareil photo comme un instrument de changement social.
Elle a travaillé comme photographe pour les principaux médias colombiens avant d’émigrer aux États-Unis en 2011 pour poursuivre sa carrière de documentariste et d’artiste.

Joana Toro

ÊTRE FEMME PHOTOGRAPHE
« En Colombie, j’ai subi du harcèlement sexuel de la part de mes collègues et patron, des attitudes et remarques sexistes à longueur de journée. Mes pairs masculins faisaient des plaisanteries irrespectueuses sur l’apparence des femmes au bureau. Je m’autocensurais dans ma façon de m’habiller et mettais des vêtements amples. De plus mes capacités étaient sous-estimées : on me demandait de faire des photos de beauté, d’aliments, de décoration, alors que je fais de la photographie sociale. J’ai encaissé en silence. A cette époque je ne voulais pas faire de vagues, j’étais une jeune femme qui essayait de survivre dans une profession masculine. Pour autant, je me considère comme une femme photographe : la photographie est l’expression de moi-même en tant qu’artiste et être une femme en fait pleinement partie. »

Joana Toro