Aude Osnowycz | Génération Poutine

Ils ont entre 7 et 20 ans et ont en commun de n’avoir connu qu’un seul président, Vladimir Poutine, qui règne sans partage sur la Russie, l’une des plus grandes puissances du monde. Ce dernier, qui a promu les valeurs d’ordre et d’autorité, a voulu façonné cette génération à son image. Écoles militaires, jeux de guerre, clubs patriotiques : les jeunes Russes ont grandi dans un nationalisme et un patriotisme exacerbés, et dans un rejet du monde occidental.
Pourtant, si l’embrigadement est omniprésent, des poches de résistance subsistent. Dans l’underground russe, les jeunes se tournent de plus en plus vers le mode de vie de l’Europe de l’Ouest et des États-Unis. Ce travail photographique explore ainsi les contradictions d’un pays déchiré entre le désir d’ouverture des jeunes générations et la fascination pour un despote au discours populiste, en questionnant la ligne fragile entre amour pour son pays et patriotisme aveuglant.

BIO | Diplômée en géopolitique, Aude Osnowycz a exercé différents métiers avant de se tourner vers la photographie. Elle décide en 2011 de devenir photojournaliste et passe ensuite quatre années à documenter les impacts des printemps arabes sur les minorités, les femmes, et la notion de genre. Elle a récemment entamé un travail de long terme autour des frontières occidentales de la Russie questionnant l’âme slave et son passé familial. Elle est régulièrement publiée dans de nombreux médias (« le Monde », « Marie Claire », « GEO », « l’Obs », « le New York Times », « Newsweek », etc.).

Aude Osnowycz

ÊTRE FEMME PHOTOGRAPHE
“Être femme photographe demande des sacrifices, notamment au niveau familial. Personnellement, je suis mère célibataire et la photographie ne me permet pas de subvenir à mes besoins et à ceux de ma fille. J’ai donc un deuxième travail qui m’empêche parfois de mener à bien mes projets photographiques. Mettre en valeur le travail des femmes photographes, expliquer les défis auxquels elles sont confrontées, et œuvrer vers un changement des mentalités, c’est, encore aujourd’hui, nécessaire.”

Aude OsnowyczAude Osnowycz